Les facteurs d'échec en développement Agile sont bien connus et sont responsables de la réticence de beaucoup de managers chefs de projet à passer aux méthodes Agiles. Au cours de ma carrière, j'ai pu observer ces facteurs d'échec qui sont récurrents et systématiquement présents dans chaque projet.

Résistance au changement

La résistance au changement est le principal facteur d'échec en développement agile.

Ceci est dû au manque de temps nécessaire à former les équipes existantes ainsi qu'à l'habituel refus de remise en question d'habitudes ancrées.

Régler ce problème est assez facile en mettant en place de nouvelles équipes que l'on formera pour fonctionner en agilité.

Ceci est cependant impossible à mettre en oeuvre lorsque l'entreprise ne peut pas se permettre de recruter.

Cette situation est pratiquement toujours le cas sur des marchés où les contraintes pesant sur  l'emploi dissuadent l'embauche (par exemple en France...)

L'externalisation est une solution à ce problème mais gérer une équipe externe demande encore plus de rigueur et de disponibilité.

En externalisant en Agilité, on crée une relation contractuelle entre client et prestataire qui impute à part égale le risque entre les deux.

Peu de donneurs d’ordres sont prêt à accepter cette part de risque alors que clairement, les statistiques de réussite penchent du côté de l’agilité.

 

Manque de disponibilité du donneur d'ordre

Les manager sont actuellement sous pression avec des agendas surchargés et ne disposent pas du temps nécessaire à encadrer et former leurs équipes aux méthodes agiles.

Ils n'ont pas non plus le temps nécessaire à se former eux-mêmes.

Recruter est souvent hors de question et passer à une méthode non maîtrisée en plus de devoir assumer une surcharge de travail est un facteur de risque pour eux.

La solution consiste à engager un chef de projet spécialisé en agilité qui saura mettre en place la méthodologie, la formation, et l'encadrement des équipes.

En pratique, c'est très rarement le cas pour des raisons budgétaires et les contraintes liées à l'embauche.

 En développement agile, un projet mal dont le responsable n'a pas le temps nécessaire à y consacrer est sérieusement menacé.

Mauvais management relationnel de l'équipe

La gestion agile présuppose la suppression des niveaux hiérarchiques dans la gestion de projet.

Le chef de projet se met au niveau de l'équipe afin de participer à des décisions collégiales.

Ce genre de management est contraire au type de direction a habituellement adopté dans les entreprises et aboutit souvent à déstabiliser la relation entre le manager et son équipe.

Ceci rejoint le point numéro 1: la résistance au changement.

 

Manque de respect des itérations

Les méthodes agiles fonctionnent selon un système d’itérations des processus permettant de standardiser la livraison en continu de code fonctionnel.

On répète les mêmes processus parfaitement maîtrisés jusqu'à arriver à un produit livré de plus en plus abouti.

Il est nécessaire d'opérer une surveillance permanente, tenir un planning rigoureux, ce qui est rarement compatible avec la disponibilité du donneur d'ordres (point numéro 2). Il est absolument nécessaire de disposer des bons outils (point suivant).

Manque d'outils logiciels pour le développement Agile

Il est impossible d'être efficace en gestion de projets Agiles sans disposer d'outils logiciels adaptés. Ce point est crucial.

La difficulté consiste pour le chef de projet à choisir les bons outils et à les maîtriser. Il existe maintenant d'excellents outils pour gérer les projets mais aucun n'est cohérent du depuis la définition de ses besoins par le client jusqu'à la livraison par l'équipe. Tous ces outils traitent bien partiellement le sujet mais aucun n'a encore réussi à fournir un processus global permettant au client d'utiliser le même outil que l'équipe de développement.

crédit photo: CC Cory Doctorow

 

Conclusion

L'échec en développement agile est un risque sérieux à prendre en compte, surtout dans les PME et TPE. Heureusement, ce n'est pas une fatalité et être attentif aux causes principales permet de mettre en place les meilleures condition de succès de l'agilité.

  • Résistance au changement
  • Manque de disponibilité du donneur d'ordre
  • Mauvais management relationnel de l'équipe
  • Manque de respect des itérations
  • Manque d'outils logiciels

La méthode ZAPPIK règle tous ces problèmes par une prise en charge globale du projet et non seulement du côté production. ZAPPIK permet au porteur de projet d'être déchargé d'une gestion constante de son projet pour ne se consacrer qu'aux points essentiels requérant sa décision. le bénéfice en terme de réduction des risque est considérable.

Share !

AUTHOR

ZAPPIK: FINALLY THE SUCCESS OF YOUR DIGITAL PROJECTS

 

ZAPPIK is the first method to take advantage of the illimited resources available remotely to accelerate and secure the development of digital projects.

 

The orchestration of external resources is the key.

But do you have the time to manage a remote team of geeks?

 

Thanks to its platform and a pool of specialized Project maestros to perform resource orchestration, ZAPPIK breaks the rules and enables you to INTERNALIZE the management of your projects with REMOTE resources.

 

No need to recruit, go hunting providers, write specifications.

 

Everything is managed for you so you can focus on your business and not on managing the thousands of tasks required by any digital project.

 

THE WHITE PAPER

70% of digital projects fail. Learn the secrets of the 30% who succeed!

It's all about risk

With Zappik method, projects run with minimum risk for all stakeholders. It's the key to success. To fully understand how to engage in digital without losing your investment, start by reading our white paper. In 5 minutes of reading, you'll have the keys to avoid the traps of digital.

livre blanc digital